Professeur universitaire docteur Mihai TOMA – fondateur du Societé Mycologique de Roumanie

mihai tomaMihai TOMA est né le 30 avril 1934 dans le village Buteni du département Arad. Après avoir gradué l’École Normale en 1953, il a suivi les cours de la Faculté des Sciences Naturels-Géographie de l’Université „Babeş-Bolyai” de Cluj-Napoca, en obtenant le diplôme de licence en 1958.

En 1975 il a soutenu sa thѐse de doctorat ayant comme titre « Des recherches sur la flore et la végétation du Dépression des Dornes (Département Suceava) » au Faculté de Biologie – Géographie de l’Université „Babeş-Bolyai”, sous la direction scientifique du Professeur Eugen GHIŞA.

Après avoir finalisé ses études il a enseigné pendant deux ans les sciences naturels dans le village Suatu du département Cluj. Depuis 1960 il a été nommé comme chercheur au Station des Recherches Scientifiques Pîngăraţi – département Neamţ, qui appartenait á l’Université „Alexandru Ioan Cuza” de Iaşi. Après un an il est demandé par la direction de l’Institut Agronomique „Ion Ionescu de la Brad” de Iaşi, où il commence sa carrière universitaire. Il a parti du grade didactique de préparateur et a passé par tous les étapes intermédiaires jusqu’au professeur universitaire et chef du Laboratoire de Botanique de la Faculté d’Agriculture. La carrière universitaire lui a permis de mettre en valeur ses aptitudes de professeur et de chercheur avec des grandes qualités, en contribuant par beaucoup de passion et compétences professionnelle aux formations de nombreuse générations d’étudiants.

L’activité didactique a été soutenue par l’élaboration des livres, cours et manuels de travaux pratiques du domaine de la botanique. Ses recherches scientifiques ont suivi en particulier la diversité floristique et phytosociologique de différentes zones de la Moldavie.

Sa thѐse de doctorat a été un remarquable étude sur la diversité floristique et végétative, mais surtout sur les macromycètes de la Dépression des Dornes. Dans cette ouvrage sont insérés 782 espèces, 5 variétés et 4 formes du règne Fungi et 23 espèces de champignons du règne Protozoa (phylum Myxomycota). Du point de vue systématique la plus part des espèces appartiennent aux phylum Basidiomycota – 617 espèces et Ascomycota – 120 espèces. Il note et décrit pour le premier fois en Roumanie les espèces suivants, considérés trѐs rares: Onygena corvina, O. equina, Woldmaria crocea, Merulius aureus et Pluteus coccineus.

L’activité scientifique du domaine de la mycologie est concrétisé par la publication des plus de 55 travaux scientifiques dans des revues de spécialité du pays et de l'étranger. Ces travaux contient des contributions remarquables sur la taxonomie, l’écologie et la chorologie des macromycètes des différents écosystèmes naturels de la Moldavie: le Basin des Dornes et de la Bistriţa d’Or, les Massifs Ceahlău et Rarău, les Montagnes de Vrancea, mais aussi du Massif d Leaota et les Ports de Fer.

Il est l’auteur, ensemble avec Eugenia ELIADE de la Faculté de Biologie de l’Université de Bucarest du premier Atlas des champignons de la Roumanie, publié en 1971. Le livre est considéré un guide pratique pour reconnaître les principaux espèces des champignons comestibles, noncomestibles, toxiques et mortelles. On note aussi sa contribution concernant la description des espèces toxiques et mortelles incluses dans le volume « Des plantes toxiques de la Roumanie » (1981).

La participation aux nombreux manifestations scientifiques nationaux et internationaux du domaine de la mycologie (Tchécoslovaquie 1969; France, 1973, 1981 et 1983; Suisse, 1976; Allemagne, 1990) lui ont permis un permanent contact avec des écoles et des chercheurs renommés de l’Europe. Dans ce sens, on note la collaboration avec Régis COURTECUISSE et Bernard DUHEM (France) pour établir la chorologie des espèces des macromycètes d’Europe.

L’appréciation internationale dont il a bénéficié à la cour de sa vie lui ont permis de faire des nombreux échanges de littérature mycologique. Il a crée á ’Université des Sciences Agronomiques et de Médecine Vétérinaire „Ion Ionescu de la Brad” de Iaşi, un centre de documentation mycologique qui inclus plus de 900 volumes publiés dans des langues de circulation internationales, quelques unes étant, á part leurs valeur scientifique, d’une inestimable valeur historique. Dans cette bibliothèque il y a aussi plus de 30 collections des revues mycologiques édités dans des pays des tous les continents.

Les connaissances scientifiques du domaine de la taxonomie et de l’écologie des fungi et aussi l’expérience acquise dans les échanges avec des spécialistes de la France lui ont offert les prémisses pour fonder, en 1988, la Société Mycologique de Roumanie. A cette occasion a organisé á Iaşi, pour le premier fois en Roumanie, un exposition avec des champignons fraiches, comestibles, toxiques et mortelle.